Nouveautés

Un mode de vie peu commun en aquarium

Le département de la recherche JBL a reçu des images rares et quelques questions qui vont intéresser tous les aquariophiles : pour déclencher des maladies, les champignons ne sont pas vraiment appréciés des aquariophiles. Pourtant, il existe aussi des variétés de champignons rares qui sont inoffensifs et qui ont un mode de vie tout à fait particulier : les myxomycètes (Eumycetozoa).

Les myxomycètes ont des caractéristiques de champignons et d’animaux. Ils ne font toutefois pas partie des champignons, mais ont leur propre ligne de développement dans l’évolution. Les myxomycètes ont pour caractéristiques communes leur déplacement similaire à celui des amibes (plasmode), parfois même assez rapide, et la transformation du plasmode en fructification, dans laquelle sont produits les spores. Ils se nourrissent de débris organiques (détritus) dans l’aquarium, en entourant d’eau les particules de nourriture et en les ingérant (phagocytose).

Parmi les quelque 1200 espèces connues, très peu seulement sont durablement aquatiques, c.-à-d. capables de vivre sous l’eau. L'un de ces groupes est le genre Didymium, que l’on trouve rarement en aquarium, le cas échéant avec plusieurs autres espèces. Les espèces de Didymium vivent, entre autres, en plein air sur les hortensias, on ne les rencontre donc pas uniquement sous l'eau.

Dans l’aquarium, ils vivent de préférence dans le sol, où ils passent inaperçus pour l'aquariophile. De temps en temps, ils sortent aussi du substrat de fond et s'étendent sur les pierres, les racines et les plantes aquatiques sous forme de traînées blanches ramifiées. Ils développent alors des vitesses pouvant atteindre plusieurs centimètres par heure et peuvent donc apparaître à différents endroits et redisparaître aussi vite. La lutte contre les myxomycètes avec des produits comme JBL Fungol Plus 250 ou d’autres médicaments contre les maladies dues aux champignons est sans effet.

Ils sont inoffensifs pour les plantes et les poissons, et ne présentent aucun danger. Pour tout de même les éliminer de l’aquarium, il ne reste qu’à désinfecter celui-ci intégralement à l’aide de JBL Desinfekt en remplaçant ou en désinfectant tous les objets d’aménagement de l’aquarium, car les myxomycètes ont un taux d’accroissement énorme et peuvent se régénérer à partir de touts petits morceaux.

© 23.08.2011 JBL GmbH & Co. KG