Nouveautés

Qu'est-ce que des « cendres brutes » ?

Selon les dispositions de la législation relative aux aliments pour animaux, les pourcentages de protéines brutes, de matières grasses brutes, de fibres brutes et de cendres brutes doivent être indiqués. Que se cache-t-il vraiment derrière le terme « cendres brutes » ?

Cendres brutes Pour déterminer la teneur en cendres brutes, l'échantillon est chauffé à 550 °C dans un four à moufle jusqu'à poids constant. Tous les composants organiques sont ainsi brûlés et le résidu constitue la teneur en cendres brutes. Selon l'échantillon, ce sont surtout des substances minérales et du sable. Le poids total de l'aliment après déduction du taux de cendres brutes est la matière organique (MO). La masse organique est composée de protéines brutes, de fibres brutes, de matières brutes et d’ENA (extraits non azotés, comme le sucre, etc.).

Les cendres brutes n’ont toutefois rien de négatif comme on peut le supposer facilement ou comme on le suggère aussi volontiers. Derrière ce terme se cachent de nombreux minéraux et des oligo-éléments importants, comme par exemple le cobalt, le fer, le fluor, l’iode, le cuivre, le manganèse, le molybdène, le vanadium, le zinc, le bore, le rubidium, l’étain et d’autres.

Les cendres brutes contiennent également des éléments dits « macroéléments » : calcium, potassium, magnésium, sodium, soufre, phosphore et chlore.

Ces éléments assument de nombreuses fonctions dans le métabolisme. Au moyen de protéines auxquelles ils sont liés, ils interviennent dans le transfert de l’hydrogène, dans la production d'enzymes, d'hormones et de cellules sanguines(le fer est l’atome central dans l’hémoglobine rouge et important pour le transport de l’oxygène), mais aussi dans la défense immunitaire.

On voit qu'en y regardant de plus près, certains termes que l’on suppose négatifs renferment également des aspects importants.

© 07.07.2013 JBL GmbH & Co. KG