Maladies des poissons de bassin

Maladies des poissons de bassin

Quelles sont les maladies des poissons de bassin et comment lutter contre ces maladies ?

Nombreux sont les détenteurs de bassin qui pensent que les maladies des poissons sont la plupart du temps importées et transmises par des poissons malades. Heureusement, ce n’est que très rarement le cas et c’est à vous qu’il appartient de faire en sorte que vos poissons restent en bonne santé. Plus de 90 % des maladies sont déclenchées par de mauvaises conditions de vie, par exemple les paramètres de l’eau ou une nourriture insuffisante.

Conseil

Sur le site JBL, vous trouverez un Hôpital en ligne qui vous donne un aperçu complet des maladies (y compris en aquarium), avec plus de 500 photos.

Maladies des poissons

Pour le cas où vos poissons de bassin tomberaient malades, nous vous montrons ici de quelle maladie il s'agit et comment vous pouvez la combattre efficacement.

Identifier les maladies des poissons

Il n’est pas du tout simple de décrire les maladies des poissons. C’est la raison pour laquelle nous avons réuni des centaines de photos qui pourront vous aider à identifier ces maladies. Jetez donc un coup d'œil dans notre Hôpital en ligne . Vous pouvez y diagnostiquer les maladies des poissons au moyen de photos ou encore à l'aide d'une clé de détermination. Un clic sur la photo de la maladie vous conduit ensuite à la maladie en question et au traitement correspondant, ainsi qu’aux possibilités de confusion avec d’autres maladies.

Facteurs déclenchant des maladies chez les poissons de bassin

Les maladies des poissons de bassin sont certes dues à des parasites, des bactéries ou d’autres agents pathogènes, mais sont souvent déclenchées en amont par d’autres facteurs. Le pH de l’eau de votre bassin (bas le matin avec pH6, haut le soir) peut, par exemple, affaiblir vos poissons, ce qui peut induire alors une infection par des germes pathogènes ou des parasites en raison de l'affaiblissement du système immunitaire. La comparaison avec l’homme convient tout à fait bien : nous sommes nous aussi nettement plus vulnérables aux maladies lorsque nous sommes très stressés.

Un milieu aquatique stable et une bonne alimentation sont donc la meilleure prévention contre les maladies des poissons. Conclusion : utilisez le médicament approprié pour lutter contre la maladie du poisson et vérifiez les paramètres de l’eau pour en trouver la cause. Changez éventuellement la nourriture de vos poissons et donnez leur un aliment de très bonne qualité, exactement adapté à la taille et au mode de nutrition de ces poissons.

ProPond® / NEO Index®

Nourrissez vos poissons toute l'année avec JBL ProPond, une nourriture équilibrée et naturelle, pour qu'ils restent longtemps en bonne santé et actifs. Tous les produits ProPond du concept de nourriture physiologique proposent des ingrédients de grande qualité en harmonie avec le NEO INDEX®.

Apparition de maladies après introduction de nouveaux poissons

Les détenteurs de bassin observent parfois que des poissons nouvellement introduits déclenchent une maladie et pensent alors que le vendeur leur a vendu des poissons malades. Ce n’est généralement pas le cas ! De nouveau, la comparaison avec l’homme est bien appropriée ici et traduit le problème posé : lorsque les Espagnols ont conquis l’Amérique du Sud, vers l’an 1500 de notre ère, ils ont apporté dans leurs bagages une grippe « anodine ». Les Amérindiens n’ayant encore jamais été exposés à ce virus grippal auparavant, ils n'avaient aucune défense immunitaire pour s'y opposer et sont morts par milliers. Il peut se passer le même genre de choses dans un bassin. Les nouveaux arrivants sont porteurs de quelques parasites anodins, contre lesquels ils se sont constitués une bonne capacité de résistance. Les poissons de votre bassin ne sont encore jamais entrés en contact avec ces agents pathogènes précis et sont donc très vulnérables. Il est donc plus que recommandé de renforcer le système immunitaire de vos poissons et même celui des nouveaux arrivants (le problème vaut dans les deux sens) avec JBL AccliPond !

Vue d’ensemble des maladies du poisson de bassin

Il y a quelques maladies qui apparaissent régulièrement chez les poissons de bassin et qui peuvent être traitées rapidement et efficacement par des médicaments spéciaux. Il n’y a que très peu de maladies où malheureusement tout traitement est exclu, par exemple le virus de l’herpès chez la carpe koï. Nous vous présentons ici les principales maladies des poissons de bassin et vous expliquons si vous pouvez les traiter et de quelle manière.

Parasites

Maladie des points blancs (Ichthyo) nom scientifique : ichthyophtiriose, Ichthyophthirius multifiliis, communément appelée Ichthyo ou maladie des points blancs.

Il s’agit d’un parasite du groupe des animaux unicellulaires (ciliates), qui peut être tué rapidement et efficacement avec du JBL MedoPond Plus *. Ce parasite a un cycle de vie qui passe par plusieurs stades, pendant lesquels il est impossible de le tuer. Une élimination réussie n’est possible que pendant le stade de multiplication (tomites libres flottant dans l’eau). Il faut donc que le traitement soit réalisé sur deux semaines, à une température de l’eau de 25 °C. À une température plus fraîche, la durée du traitement se prolongera.

Une fois le traitement achevé, il est conseillé d’utiliser du JBL AccliPond pour la regénération de la muqueuse.

Sangsue géomètre (Hirudinée)

Ces sangsues, dont la taille peut atteindre jusqu’à 5 cm, se fixent sur la peau des poissons, en sucent le sang et causent finalement des infections bactériennes ou des mycoses. On ne peut pas lutter contre les sangsues avec des médicaments en vente libre. Même des médicaments sur ordonnance ne peuvent détruire leurs œufs. Il est possible de retirer les sangsues mécaniquement à l’aide d’une pince. Pour finir, il faut ajouter à l'eau du bassin du JBL Ektol bac Pond Plus * pour éviter toute éventualité d’infection bactérienne secondaire. En alternative, on peut aussi faire baigner les poissons pendant quelques minutes dans une solution à 2 ou 3 % de chlorure de sodium (gros sel). Le bain détache les sangsues du poisson. Il est également conseillé dans ce cas de prendre ensuite des mesures préventives contre les infections bactériennes.

Ver-ancre = crustacé parasite (Lernaea)

Bien que ce parasite d’environ 20 mm de longueur soit désigné comme étant un « ver », il fait partie de l'ordre des crustacés. Les juvéniles de ces parasites peuvent survivre 5 jours environ sans hôte. Le JBL ArguPond Plus * permet de les traiter rapidement et efficacement. Il est ensuite conseillé de recourir à un médicament antibactérien comme le JBL Ektol bac Pond Plus *, pour prévenir une infection bactérienne de la « plaie ». L'attaque parasitaire des Lernées affaiblit le poisson-hôte et renferme un risque d’infection secondaire (champignons, bactéries).

Pou de la carpe (argulus)

Le poux des carpes, ou argule, est facile à identifier sur le poisson infesté. Ce sont des parasites pouvant atteindre jusqu’à un bon centimètre, au corps rond et aplati. L’argule fait partie des poux de poisson (Branchioures), qui comprend 70 espèces de crustacés vivant en parasites. Ils percent la peau du poisson pour se nourrir de son sang. Cette piqûre peut provoquer des inflammations et des infections. En cas de très forte infestation, un amaigrissement des poissons est aussi possible. Traitement :

JBL ArguPond Plus * a été spécialement conçu pour lutter contre le pou de la carpe et les copépodes. Les bains de gros sel ou de permanganate de potassium n’ont tous deux pratiquement aucun effet. Les poux des carpes ne peuvent pas non plus être retirés du poisson avec une pince. Il est ensuite conseillé de recourir à un médicament antibactérien comme le JBL Ektol bac Pond Plus *, pour prévenir une infection bactérienne de la « plaie ».

Vers de la peau et des branchies (Trématodes)

La plupart des maladies des poissons de bassin dues à des vers peuvent être soignées rapidement et efficacement avec du JBL ArguPond Plus *. Si on y regarde d’un peu plus près, les vers de la peau (Gyrodactylus) sont reconnaissables à l’œil nu sur la peau du poisson. Les vers des branchies (Dactylogyrus) ne peuvent être diagnostiqués avec certitude que par un raclage de branchies. Dans le cas des vers des branchies ovipares, un deuxième traitement sera nécessaire.

Hautsaugwürmer
Kiemenwurm unter dem Mikroskop

Contre les vers solitaires (cestodes), le principe actif du Praziquantel est efficace, mais il est délivré uniquement sur ordonnance vétérinaire dans la plupart des pays. Pour cette raison, le médicament JBL GyroPond Plus, qui contient du praziquantel, n’est pas vendu dans tous les pays.

Mycoses, infections fongiques (Achlya)

Les mycoses (saprolégniose) sont faciles à reconnaître aux masses d’aspect cotonneux qu’elles forment sur la peau du poisson. L’ajout de JBL MedoPond Plus * dans l’eau permet de lutter rapidement et efficacement contre les infections fongiques. Il est important de commencer rapidement le traitement, car le champignon diffuse des produits métaboliques toxiques dans l’organisme des poissons. C’est cette intoxication qui est en fait le problème principal. Pendant le processus de guérison, le poisson n’a aucun mal à régénérer la peau et les tissus environnants qui ont été détruits. La mycose visible est souvent une infection secondaire. L’infection primaire peut être, par exemple, de nature bactérienne. Un traitement mixte est donc conseillé :

JBL Ektol bac Pond Plus * contre l’infection bactérienne primaire, complété par du JBL AccliPond pour réparer les muqueuses détruites des poissons et les protéger durablement.

Nécrose de la bouche et des nageoires (Aeromonas, Pseudomonas)

On peut reconnaître la maladie à l’effilochement, au pourrissement et plus tard à la perte complète de la partie du corps atteinte. L’ajout de JBL Ektol bac Pond Plus * peut stopper rapidement la maladie et le poisson sera en mesure de régénérer complètement les parties de son corps atteintes. Pour la constitution de réserves d’énergie suffisantes chez les poissons, nous recommandons de donner aux poissons 2 fois par semaine du JBL Atvitol sur leur nourriture. La nécrose de la bouche et des nageoires est due à des problèmes de qualité d'eau, même si l'agent pathogène est de nature bactérienne. Les bactéries à l’origine de la maladie, qui appartiennent au groupe des Aeromonas et des Pseudomonas, se multiplient à une rapidité inquiétante dans le bassin lorsque l'eau n'est pas de bonne qualité. Il sera donc nécessaire non seulement de donner le bon médicament, mais aussi d’améliorer les paramètres de l’eau. Les paramètres les plus importants à contrôler et éventuellement à corriger sont : la dureté carbonatée (KH), le pH, l’ammonium (NH4) / l’ammoniac (NH3) et les nitrites (NO2). Vous retrouverez toutes les explications et instructions nécessaires dans le Hôpital en ligne et dans Les tests d'eau - tous les paramètres .

Plaies ouvertes, ulcères, etc.

Les infections bactériennes internes et externes peuvent se présenter sous toutes sortes de formes que l’on peut combattre rapidement et fiablement avec du JBL Ektol bac Pond Plus *. Souvent, ce sont des plaques blanchâtres qui apparaissent sur la peau des poissons, mais on peut voir aussi des saignements sous-cutanés ou d’autres symptômes complètement différents. Un diagnostic précis ne peut pratiquement être fait qu’au microscope. Au premier abord, on mise souvent sur une infection parasitaire, on choisit un médicament adéquat comme du JBL MedoPond Plus * et si aucune guérison ne se manifeste, on poursuit le traitement contre les infections bactériennes avec du JBL Ektol bac Pond Plus *, que l’on complète de préférence par du JBL AccliPond pour réparer les muqueuses détruites des poissons et les protéger durablement.

Virémie printanière / virose/VPC / érythrodermatite

Il s'agit ici d’une maladie virale affectant les poissons (en particulier les cypriniformes tels que les carpes koï). Elle est déclenchée par un virus appelé Rhabdovirus carpio (virus à ARN). La maladie apparaît généralement au printemps dans les bassins dont la température d’eau oscille entre 10 et 20 °C. Les symptômes sont : des lésions hémorragiques sous-cutanées (à la base des nageoires), un comportement apathique, des yeux exorbités et le gonflement de l’abdomen. Les poissons qui survivent à cette maladie peuvent rester toute leur vie des vecteurs de transmission de la maladie, sans eux-mêmes montrer de symptômes. Un traitement direct avec des médicaments est actuellement impossible. L’important est d’améliorer les conditions de vie des poissons. Un apport de vitamines dans la nourriture avec JBL Atvitol sera d’une grande utilité et devrait être complété par du JBL AccliPond pour réparer les muqueuses détruites des poissons et les protéger durablement. Une augmentation de la température de l’eau au-dessus de 20 °C est également indiquée comme utile (Dr Sandra Lechleiter dans son livre : Krankheiten der Koi, DATZ - en allemand).

Bourgeonnement ulcéreux sur le corps, ulcères cutanés

Les déclencheurs d'ulcères et de plaies ouvertes sur le corps du poisson sont des bactéries que l'on trouve toujours sous forme latente dans l'eau ou dans le corps des poissons. Lorsque les conditions environnantes sont mauvaises, ces bactéries peuvent se multiplier brutalement et engendrer des problèmes. Un médicament antibactérien comme JBL Ektol bac Pond Plus * agira très bien contre les bactéries, mais non contre la cause de la maladie. Cette cause doit être impérativement recherchée : pollution de l’eau, population de poissons, végétation, nourrissage et teneur en oxygène doivent être examinés. Dans les bassins de jardin, on observe que ces problèmes surgissent souvent au printemps. La hausse des températures, alliée à l’activité croissante des poissons et au manque de réserves énergétiques déclenchent généralement la maladie. Y remédier et surtout la prévenir est très simple : dès que les poissons recommencent à manger après la pause hivernale, on leur donnera une nourriture spécialement adaptée aux basses températures ( Printemps ). Un apport hebdomadaire en JBL Atvitol fournira aux poissons des vitamines fortifiantes pour prévenir une apparition de la maladie.

Virus herpès de la carpe koï, KHV, variole de la carpe

Survenant souvent en été, même dans des conditions de maintenance optimales, cette maladie est extrêmement contagieuse. L’agent pathogène est un virus qui ne se multiplie qu’à une température supérieure à 10 et inférieure à 30 °C et qui n’atteint généralement que les carpes koï. Les poissons présentent des altérations massives de la muqueuse et meurent en l’espace de quelques jours. Dans les branchies, on reconnaît une nécrose évidente (décoloration et décomposition). La conséquence en est souvent que les poissons se tiennent à la surface de l’eau pour y happer de l’air. On observe souvent aussi que leurs yeux sont renfoncés. Il n’existe aucune méthode de traitement efficace. Les poissons qui survivent sont toute leur vie porteurs du virus et donc contagieux.

Yeux exorbités (exophtalmie)

Un seul ou les deux yeux sont inhabituellement exhorbités de la tête. Les causes de cette maladie très visible peuvent être multiples. Dans la plupart des cas, elle est due à une dégradation de la qualité de l’eau. Il sera donc vivement conseillé d’en contrôler le pH, la KH, l’ammonium, les nitrites et les nitrates. On a également observé qu'une carence en vitamines dans l’alimentation pouvait conduire à cette proptose. On devra vérifier si la nourriture des poissons est suffisamment variée et si les boîtes de nourriture entamées sont bien utilisées dans un délai maximum de 3 mois. Trois mois après l’ouverture d’une boîte, la nourriture ne contient pratiquement plus de vitamines. Un apport ultérieur de vitamines avec du JBL Atvitol est ensuite nécessaire. Si un seul poisson est atteint, il peut aussi s’agir d’une infection bactérienne. Dans ce cas, un recours rapide à du JBL Ektol bac Pond Plus est nécessaire pour lutter contre la maladie et empêcher toute propagation. Il peut également s’agir de la turberculose du poisson, qui est incurable.

Glotzaugen bei einem Meerwasserfisch

* Pour connaître les risques et les effets indésirables, lisez la notice et demandez conseil à votre vétérinaire ou à votre pharmacien.