Développement durable et protection de l'environnement

En lançant la première recharge de nourriture pour poisson d'ornement, JBL a initié voici des années déjà l'idée de la préservation des ressources en aquariophilie. Depuis lors, l'idée a fait des petits : des voitures économiques en énergie pour les commerciaux de terrain de JBL aux gigantesques panneaux solaires sur les toits de l'usine JBL de Neuhofen, en passant par les recharges actuelles du conditionneur d'eau JBL Biotopol et du fertilisant végétal JBL Ferropol. Désormais, l'aquariophile peut lui aussi contribuer à la protection de l'environnement, car les économies sont énormes : un camion chargé de sachets de recharge correspond à 17 chargements de camions pleins d'emballages durs, ce qui correspond aussi à une économie de 94 % de CO2 pendant le transport !

Au lieu d'utiliser un traitement UVC de l'air évacué de la production de la nourriture, on a recours à des biofiltres de grand volume qui, en plus, rendent superflue l'utilisation (et l'élimination) de 10 000 litres de charbon actif.

La fabrication de la nourriture pour poissons fait l'objet d'une attention toute particulière : la préservation des populations naturelles de poissons dans les océans y occupe une place prépondérante : aucun poisson ne doit être pêché pour faire de la nourriture pour poissons chez JBL ! JBL utilise exclusivement de la chair de poisson qui reste après la fabrication des filets de poissons - selon la devise : « Le gros filet pour les humains et le petit filet pour nos poissons d'aquarium ! ». Ce qui permet à JBL de renoncer à l'utilisation de la farine de poisson, qui contient des phosphates, et d'obtenir tout de même des protéines de poissons pures et de grande qualité. Cette transformation des poissons a d'ailleurs lieu en France. JBL refuse catégoriquement la transformation de poissons entiers qui sont de toute façon menacés de disparition.

Ceux qui font la connaissance des collaborateurs de JBL et de son gérant, Roland Böhme, comprennent vite que JBL est sérieusement préoccupé par la protection de la nature.

« Nous continuons à assumer l'engagement de mon père, fondateur de l'entreprise JBL voici 50 ans. Il aimait tous les animaux et il avait toujours à cœur de créer des produits qui optimisent la maintenance des animaux et qui, dans un avenir lointain, rendent superflu leur prélèvement dans la nature ! C'est bien volontiers que je continue à poursuivre cet objectif ! »

Roland Böhme

Photovoltaikanlagen

Panneaux photovoltaïques

Vous accédez ici directement à l'affichage de la puissance momentanée des panneaux photovoltaïques sur les toits de l'usine JBL et de l'économie de CO2 en résultant. Dans l'atelier A, il s'agit du toit du bâtiment de la production, dans l'atelier H, du toit de l'entrepôt de matières premières et dans l'atelier S, du toit surélevé du centre logistique. Capteurs Solaires

Production de filets de poisson

Pas un seul poisson ne doit être pêché pour faire de la nourriture pour poissons chez JBL ! Nous utilisons exclusivement de la chair de poisson qui reste après la fabrication des filets de poissons - selon la devise : « Le gros filet pour les humains et le petit filet pour nos poissons d'aquarium ! ». Ce qui permet à JBL de renoncer à l'utilisation de la farine de poisson, qui contient des phosphates, et d'obtenir tout de même des protéines de poissons pures et de grande qualité. Cette transformation des poissons a d'ailleurs lieu dans le nord de la France. JBL refuse catégoriquement la transformation de poissons entiers qui sont de toute façon menacés de disparition.

biofiltre

Depuis 2010, la production utilise un biofiltre qui libère l'air évacué des odeurs et élimine les substances nocives de manière à polluer le moins possible l'environnement.