Expédition Amérique centrale et les Galapagos

Expédition JBL 2012 Amérique centrale et Galapagos

Mexique

Le Mexique a été choisi comme destination pour ses cénotes. Ce sont d'immenses trous qui se sont creusés dans le calcaire en raison de la forte porosité.

Eau limpide - poissons aveugles

Grâce à ce système de cavernes, le plus grand de tous les systèmes de cavernes souterraines du monde, les sources d’eau douce du Yucatan coulent vers la mer puis sont infiltrées dans le sens inverse par l’eau de la mer. La faune et la flore de ces étendues d’eau douce (cénotes) nous ont beaucoup intéressés avec leurs habitants tels que le tétra aveugle (Astyanax mexicanus).

La plongée et le snorkeling dans les cénotes étaient au programme durant deux jours. La première journée nous a menés dans la cénote Ponderosa, également appelée El Eden (N 20° 29’ 29,1’’/ O 87° 15’ 29,1’’). Nous avons mis environ une heure pour nous y rendre de Playa del Carmen où nous étions hébergés. L'entrée dans une cénote coûte la plupart du temps 10 US$ pour la journée.

Nos plongeurs PMT, c'est-à-dire exactement la moitié de notre équipe, ont pu aussitôt rejoindre l’eau limpide et explorer la faune des cénotes. Les plongeurs avec bouteilles ont d’abord reçu des instructions précises concernant la plongée en grottes souterraines qui se différencie de la plongée normale, entre autres dans la manière de bouger les palmes. Hendrik, notre guide des Yucatec-Divers (http://www.yucatek-divers.com), était un véritable passionné de la plongée en grotte. C’est en sa compagnie que nous sommes ensuite partis à la découverte des extrémités de la cénote. Le premier coup d’œil jeté sous la surface de l’eau nous a beaucoup impressionnés : la cénote grouillait de poissons, tout particulièrement de Poeciliidae vivipares tels que des mollys voiles et des cichlidés. Des Clarias étaient également présents par-ci par-là. Nous avons passé une demi-heure dans l’eau plate à scruter « nos » poissons d’aquarium avant de nous rendre dans la grotte. Nous avons ensuite plongé une demi-heure le long d’une corde à travers divers couloirs et espaces emplis de stalactites et de stalagmites. L’eau était si claire que l’on se sentait vraiment en suspension. Tout le monde a veillé, dans la mesure du possible, à ne pas soulever de sédiment afin de ne pas troubler cette visibilité. À quelques mètres de profondeur, nous sommes tombés sur l'halocline, cette couche séparant l’eau douce et légère au-dessus et l’eau de mer lourde en dessous. En plongeant à travers l’halocline, la visibilité était très limitée. On avait l’impression de voir des traînées transperçant l’eau. La plupart des poissons évitaient l’eau salée en dessous de l’halocline. Seuls des poissons vivipares et par-ci par-là quelques cichlidés étaient présents dans l’eau salée. À quelques endroits, les rayons du soleil perçaient le plafond de la grotte, créant des jeux de lumière incroyables dans l’eau. Dans un grand espace de la grotte, la lumière et l’ampleur de l'espace faisaient penser à une grande nef d’église. Après la grotte, nous avons obtenu la permission d’utiliser le reste de l’air de la bouteille dans l’eau plate de la cénote. Nous avons ainsi eu la chance de voir tous les poissons peuplant la cénote Ponderosa.

Nos deux groupes de plongeurs ont ensuite procédé ensemble à différentes mesures de l'eau. Lorsque nous avons voulu déterminer sa dureté totale, nous avons cru avoir un problème avec notre test étant donné qu’il n’y avait toujours aucun changement de couleur au bout de 25 gouttes. Mais le mélange avec l’eau salée nous fit comprendre la situation : étant donné que le T.H. (ou G.H. – dureté totale) de l’eau de la mer s’élève à 350, l’eau douce, qui se mêle en partie à l’eau de la mer, a également indiqué un T.H. extrêmement élevé de 35 ° fH. La température de l’eau douce était de 25 °C, à peu près 2 °C de moins que l’eau salée. Étant donné que tout le sol était recouvert d’algues et de plantes, il serait intéressant d’observer la teneur en oxygène la nuit. La température élevée de l’eau et la consommation d’oxygène par les algues pourraient causer des problèmes. Le pH était d’à peine 7 et la conductivité de 8180 µS/cm. La dureté carbonatée entre 0 et 1 ° fH était à peine mesurable. La forte présence d’algues éveilla notre curiosité. Nous nous sommes demandé s’il y avait des nutriments pour les algues. Et tel est bien le cas : avec 0,05 mg/l, une quantité de phosphate encore décelable était présente dans l’eau malgré le nombre d'algues.

Caraïbes - les récifs de corail de Cancun

On devrait à vrai dire se rendre à Cozumel pour pouvoir admirer les plus beaux récifs de la région mais nous ne voulions pas perdre notre temps précieux au Mexique en voyageant à droite à gauche. C’est la raison pour laquelle nous avons choisi le Yucatec-Dive Center, non seulement pour pouvoir plonger dans la cénote mais aussi dans la mer.

Nos deux bateaux ont pris le large le matin, l’un pour nos huit plongeurs sous-marins, l’autre pour nos huit plongeurs avec tubas et masques. Il fallait compter de 10 à 30 minutes pour se rendre sur les récifs proches du littoral. Il s’agit d’un pinacle corallien de 5 à 25 mètres de profondeur sur du sable. La mer des Caraïbes ne renferme que très peu d’espèces différentes par rapport au bassin indo-pacifique, avec, par exemple, seulement un tiers des espèces de coraux présentes là-bas. Elle est pourtant très appréciée, sûrement du fait de son eau si limpide et de toute l’ambiance agréable typique des Caraïbes que l'on trouve au-dessus de l'eau. Ce n'est qu'après les chutes de pluie ou pendant la saison des hurricanes, que la visibilité se dégrade et devient parfois dramatique. De fortes pluies nous ont nous aussi contraints à repousser d’un jour la plongée prévue en mer. Les récifs arboraient leurs occupants typiques des Caraïbes, du poisson-ange nain à tête jaune à la gorette jaune. Seuls les requins et les barracudas n’ont malheureusement pas voulu pointer le bout de leur nez. En revanche, les gorgones étaient extrêmement beaux. Le midi, nous nous sommes alors lancés dans l’analyse de l’eau : 26 °C, pH 8,1, dureté carbonatée 9 °dKH, 53,5 mS/cm, Ca 500 mg/l et Mg 1 100 mg/l. Quatre plongées ont pu être organisées ce jour-là pour jeter un bref coup d’œil dans l’univers corallien des Caraïbes.

Sac Actun - le second plus grand système de cavernes du monde

Le second jour de plongée en cénotes se déroula dans deux autres cénotes du sud près de Tulum : la Gran Cenote est le second plus grand système de cavernes souterraines du monde, le système Sac Actun, d’une longueur totale de 215 km ! La cénote est très pittoresque avec des parois rocheuses abruptes et se situe au milieu d’une belle forêt sèche. Un escalier entraîne les visiteurs et les plongeurs quelques mètres plus bas. Des passerelles en bois à divers endroits donnent accès à l’eau dans la partie ouverte. Outre diverses espèces de poissons déjà observées dans la cénote Ponderosa, nous avons également pu admirer pour la première fois des tortues d’eau. Étant donné la présence de nombreux touristes, l’eau plate n’était malheureusement pas aussi claire que dans la cénote Ponderosa. Nous avons cependant pu procéder à des mesures de l’eau, observer des poissons et même regarder des tortues nager. En plongeant, nous avons pu constater qu’il n’y avait pas d’halocine. Ceci est tout de suite ressorti dans l’analyse de l’eau : une conductivité de « seulement » 350 µS/cm pour une dureté totale de 30 ° fH et une dureté carbonatée de 15 ° fH. Le pH s’éleva à 7,4. Peu d’algues et pour la première fois des characins, qui n’étaient probablement pas présents dans la cénote Ponderosa étant donné la forte salinité.

La derniére cénote au programme était Aktun Ha, plus connue sous le nom de Car Wash, étant donné que les chauffeurs de taxi y ont lavé pendant des années leurs voitures. C'était autrefois sûrement une bonne idée car le lac de cette cénote ne se situe pas dans un trou mais est de plain-pied. Ce qui a fait le charme de notre visite fut la présence d'un crocodile qui se laissa gentiment photographier.

Données GPS des deux cénotes :

Gran Cenote

N 20° 14’ 46,7’’

O 87° 27’ 53’’

Actun Ha (Car Wash)

N 20° 16’ 28,2’’

O 87° 29’ 10,8’’

Autour des cénotes

Celui qui est davantage intéressé par la terrariophilie, y a également trouvé son compte. Une forêt sèche s’étendait autour des cénotes dans laquelle il y avait de nombreuses grosses pierres. Les plus gros sauriens que l’on apercevait bien sûr aussitôt étaient les ctenosauras (Ctenosaurus similis + C. melanosterna). Mais des scincidae et autres espèces de sauriens ont pu également être observés. Un perroquet-serpent mexicain non dangereux (Leptophis mexicanus) fut découvert par notre participant polonais Piotr. Anna, sa femme, se pencha sur les plantes de la forêt sèche et Klaus ne se lassait pas d’aller à droite à gauche avec son trépied afin de pouvoir ramener à la maison le plus d’oiseaux possibles pour ses amis intéressés par l’ornithologie.

Les mesures de lux ont indiqué 93 000 lux à ciel dégagé pour une température de l’air de 30,5 °C. L’UV-B était de 0,166 mW/cm2 sous le soleil de midi et de 0,063 mW/cm2 sous-bois. Le compteur de radiation PCE UV, qui mesure le rayonnement UV entre 290 et 390 nm (donc UV-A et -B), a révélé 4,13 mW/cm2 au soleil et 0,168 mW/cm2 à l’ombre. Par rayonnement UV-A, on entend une longueur d’onde comprise entre 315 et 380 nm et UV-B entre 280 et 315 nm.

Site de temples mayas de Tulum

Le dernier jour, nous avons profité des dernières heures de l’après-midi, alors que les cénotes étaient de toute manière fermées, pour aller visiter le célèbre site de temples des Mayas situé directement au bord de la mer. Étant donné l’heure tardive, la plupart des touristes étaient déjà repartis. Notre guide nous livra de nombreux détails intéressants auxquels nous n’aurions, sans lui, pas prêté attention, comme par exemple les arceaux inventés par les Mayas. Devant ce décor pittoresque des ruines avec la mer en arrière-plan, nous avons réalisé notre photo de groupe sur laquelle manque Klaus, de nouveau parti à la chasse aux photos d’oiseaux.

Les cookies, une petite info, et on continue

Le site Internet de JBL utilise lui aussi plusieurs types de cookies afin de vous offrir une fonctionnalité complète et de nombreux services : des cookies techniques et fonctionnels, dont nous avons absolument besoin pour que tout fonctionne bien lorsque vous visitez ce site. Ensuite, des cookies à des fins de marketing. Ces cookies nous permettent de vous reconnaître lorsque vous revenez sur notre vaste site et de mesurer le succès de nos campagnes publicitaires. Grâce aux cookies de personnalisation, nous pourrons nous adresser directement et individuellement à vous en fonction de vos besoins, même en dehors de notre site Internet. Vous pouvez déterminer à tout moment, même ultérieurement, les cookies que vous autorisez ou non (pour plus d’informations, voir « Modifier les paramètres »).

Vous avez plus de 16 ans ? Alors confirmez l’utilisation de tous les cookies en cliquant sur « Lu et approuvé » et c’est reparti !

Sélectionnez vos paramètres de cookies

Cookies techniques et fonctionnels pour assurer que tout fonctionne bien lors de votre visite sur notre site web.
Cookies marketing afin de pouvoir vous reconnaître sur les pages de notre site et mesurer le succès de nos campagnes publicitaires.