Nouveautés

JBL politique : nouvelles résolutions CITES

Vous y retrouvez-vous dans les résolutions CITES et savez-vous quels animaux n’ont pas le droit d’être commercialisés sans permis CITES ? La CITES (Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction), également appelée «Convention de Washington », énumère quelque 5 600 espèces animales et 30 000 espèces végétales qui sont actuellement protégées. Dans les annexes, les espèces sont réparties en trois catégories, en fonction du degré de protection dont elles bénéficient. Les espèces inscrites à l’Annexe I sont les plus menacées et la CITES en interdit le commerce de manière générale. Les espèces de l’Annexe II sont menacées, mais le commerce peut en être autorisé avec un certificat de l’État exportateur assurant que le commerce ne nuira pas à la survie de l’espèce. Les espèces de l’Annexe III nécessitent une autorisation d’exportation du pays respectif.

De nouveaux règlements ont été publiés le 1er février 2017. Ils ont été repris dans le droit communautaire européen à la 17e Conférence des Parties de la CITES. Le populaire gecko Lygodactylus williamsi, le gecko Cnemaspis psychedelica et quelques Abronies ont été ajoutés dernièrement à l’annexe A. Ont été également inscrits dernièrement à l'Annexe B : de nombreuses tortues à carapace molle (Cyclanorbis et Trionyx triunguis, Rafetus euphraticus), la vipère à cornes Bitis worthingtoni, la vipère Atheris desaixi, le gecko Paroedura masobe, la salamandre Paramesotriton hongkongensis et les crapauds rouges de Madagascar (Dyscophus antongilii). Deux infos pour les aquariophiles : dans l’annexe B, on trouve désormais tous les nautiles (Nautilidae) et le poisson-ange doré (Holacanthus clarionensis) en provenance du Pacifique-Est. Tous ceux qui détiennent déjà ces animaux devraient les déclarer dès que possible aux autorités publiques compétentes.

© 07.03.2017 JBL GmbH & Co. KG